Denis Balbir, une fin cruelle