« Si l’Ukraine perd, c’est l’Europe qui perd, Poutine ne s’arrêtera pas », affirme Claude Malhuret