"Obliger les gens à ne pas garder leurs cheveux naturels, c'est renier ce qu'ils sont" : pourquoi légiférer sur les discriminations capillaires ?