Les «locataires nomades», cauchemar des propriétaires