Stade Toulousain : Pita Ahki, la pièce centrale