Présidentielle : « Si la gauche ne se rassemble pas, nos enfants nous détesterons »

Présidentielle : « Si la gauche ne se rassemble pas, nos enfants nous détesterons »