Crise immobilière : pourquoi les vendeurs les plus aisés ne sont pas pressés de vendre