Fanny, AESH en grève : « Je ne suis pas payée 1 000 euros pour me faire frapper »