« Des fois, on se demande pourquoi on travaille » : dans la Vienne, le blues du garagiste indépendant

« Des fois, on se demande pourquoi on travaille » : dans la Vienne, le blues du garagiste indépendant