"C'était très douloureux." Touchée par la tuberculose bovine, l'éleveuse girondine contrainte d'abattre ses 200 vaches attend toujours d'être indemnisée