Bruxelles ne veut pas d'une consolidation du marché français des télécoms