Au bord de la faillite, le groupe Atos passe sous le contrôle de ses créanciers