80 ans du Débarquement : les retards du maître des horloges