ANALYSE. À quoi bon recharger les batteries de l’Europe ?